Comment devenir supportersde l’égalité hommes-femmes au quotidien ?

  • Participer à la lutte contre le sexisme

    Répartir les tâches ménagères

    En moyenne, les femmes effectuent toujours 2/3 des tâches domestiques, malgré le fait qu’elles travaillent parfois autant, voire plus que les hommes. Globalement, les femmes consacrent 10 heures de plus que les hommes, par semaine, aux tâches ménagères et au soin des enfants. En participant davantage, en partageant mieux la responsabilité des tâches domestiques, nous pouvons rétablir un équilibre de vie personnelle.

  • Les frais de contraception

    Partager la contraception

    La contraception est l’affaire de tous, hommes et femmes. Pourtant,  parce qu'il existe plus de contraceptifs féminins que masculins, beaucoup d’hommes considèrent que la contraception est une affaire de femmes. De plus, nombreuses sont celles qui paient seules leur moyen contraceptif. Messieurs, notre implication peut faire la différence. Elle peut, entre autres, se traduire par la prise en charge d'une partie de la contraception, par exemple en utilisant des préservatifs masculins ou d’autres moyens contraceptifs, ou encore par la participation financière à l'achat des contraceptifs de notre partenaire féminine. Il est important de pouvoir gérer cet aspect de la sexualité et du droit à disposer de son corps de manière plus égalitaire.

Égalité des chances - Supporters de l'égalité entre home et femmes
  • Prendre son congé de paternité

    Prendre son congé de paternité

    L’arrivée d’un bébé engendre beaucoup de changements dans une vie. Nous avons droit à un congé de paternité de 10 jours ouvrables dès la naissance de notre enfant, prenons-le ! Non seulement nous pourrons passer du temps avec notre enfant et en famille, mais nous contribuerons aussi à la rectification d’une inégalité criante du monde du travail. En effet, une des principales discriminations constatées sur le marché de l’emploi est celle qui touche les femmes et la maternité: 3 travailleuses sur 4 sont confrontées à au moins une forme de discrimination sur base de leur grossesse ou maternité (menace de licenciement, mise au placard, problèmes avec la hiérarchie, etc.).

    Pour corriger cette inégalité qui pèse sur les femmes, n’hésitons pas non plus à prendre notre congé parental, de manière équilibrée au sein de notre couple. Il s’agit d’un congé complémentaire au congé de paternité qui peut se prendre entre la naissance et les 12 ans de notre enfant. Il peut se traduire par quatre mois de suspension du travail, un mi-temps pendant huit mois ou encore un 4/5e temps pendant 20 mois.

  • Participer à la lutte contre le sexisme

    Lutter contre le sexisme

    L’affaire Weinstein, #Metoo et #Balancetonporc ont mis en évidence les phénomènes omniprésents de violences sexuelles et de harcèlement subis par les femmes. En Belgique, le harcèlement sexiste dans l’espace public touche 90 % des femmes, sans compter ce qui peut se passer sur le lieu de travail. Si nous nous opposons à des propos ou des comportements sexistes, notre voix peut faire une grande différence. Si nous sommes témoins de ce genre de faits, réagissons !

  • La répartition des tâches ménagères

    Éduquer sans préjugés

    Pour permettre à nos enfants de s’épanouir et de se réaliser de manière égalitaire entre filles et garçons, il est primordial qu’ils puissent se développer en se libérant des « idées reçues » et des préjugés existant entre hommes et femmes. Les laisser découvrir les sports et les loisirs qu’ils aiment peut, par exemple, constituer une piste intéressante et leur permettre de connaître l’ensemble des possibilités qui s’offrent à eux. Il en va de même pour le choix des études. Un garçon doit pouvoir faire de la danse ou devenir puériculteur et une fille du rugby ou être ingénieure, sans subir le poids des clichés des activités dites « masculines » ou « féminines ».

    Se libérer des idées reçues peut, non seulement, permettre à nos enfants de développer leur potentialité sans entrave, mais aussi de se préparer à une vie d’adulte épanouie et plus égalitaire.

Égalité des chances - Supporters de l'égalité entre home et femmes
  • Le soin des enfants

    Consacrer plus de temps au soin des enfants

    De manière générale, les femmes consacrent toujours deux fois plus de temps que les hommes au soin des enfants. Le temps que passe un père avec ses enfants est pourtant tout aussi important dans leur construction et leur épanouissement. En dédiant plus de temps aux enfants, cela permettra aussi de libérer du temps libre pour notre partenaire et de participer à une meilleure articulation entre vies privée et professionnelle pour les hommes et les femmes.

  • Le double nom de famille

    Oser le double nom de famille

    La première chose que nous utilisons pour nous identifier au sein de la société est notre nom. Le nom a une très grande valeur symbolique, car il nous rattache à une famille, à une identité, à une culture.

    Traditionnellement, en Belgique, la filiation est prioritairement masculine : l’enfant reçoit le nom de son père, tandis que celui de la mère disparaît. Or, ces dernières années, une petite révolution a lieu en Europe et dans le monde. En 1978, le Conseil de l’Europe a adopté une résolution qui recommande d’assurer ou de promouvoir l’égalité des époux en droit civil, notamment en ce qui concerne l’attribution du nom de famille. La femme devrait être reconnue juridiquement à l’égal de l’homme. Alors qu’elle est autorisée aujourd’hui à voter, à prendre part à la vie politique, à gérer son argent, les barrières à la possibilité de léguer son nom de famille ont longtemps persisté.

    Depuis le 1er juin 2014, une nouvelle loi laisse aux parents le choix du nom que portera leur enfant : soit celui du père, soit celui de la mère, soit la combinaison des deux noms (dans l’ordre désiré mais avec un seul nom par parent). Une nouvelle donne s’offre à nous, profitons-en.